Tournoi des Étoiles 2019
Édition Ibrahima Coulibaly
Samedi 01 & Dimanche 02 Juin 2019
Image is not available
Label "Argent"
Une nouvelle distinction pour notre école de football Féminine
Image is not available
Label "Espoirs"
Le club est également labellisé en Jeunes
Image is not available
Slider

 Abdoulaye Cissoko, a traversé l'atlantique pour rejoindre les Etats-Unis et tenter sa chance en MLS. 

Freddy Raoux : Tu as rejoins les USA en fin de saison, comment peut-on passer de la Départemental 1 au championnat américain ? 

Abdoulaye Cissoko : "J’ai tout simplement eu la chance d’avoir d’avoir des oncles qui ont des contacts aux USA et qui m'ont permis de jouer pendant 3 mois en USL League two à San Diego Zest (4ème division ) grâce à ce club j’ai pu être repéré par Seattle." 

FR : Quel est ton statut, ta situation contractuelle ?

AC : "Je suis Professionnel depuis cet été, J’évolue à Tacoma Defiance (2ème division ) équipe réserve de Seattle Sounders mais je suis actuellement prêté jusqu’à la fin de la saison à 1904 FC qui est un club professionnel qui évolue en seconde division, qui se situe à San Diego. Il faut savoir que la saison dure de mars à novembre."

FR : Rejoindre le championnat américain constitue une réelle opportunité, comment l’analyses-tu ?

AC : "Effectivement pour moi c’est une réellel opportunité, je rentre dans le cadre professionnel, c’est tout nouveau pour moi mais je vois ça comme un tremplin."

FR : Comment as-tu préparé ton déménagement, les démarches administratives ?

AC : "Je n’ai eu absolument aucun problème avec ça je dormais chez l’ami de mon oncle et niveau administratif, j’ai mon oncle qui s’occupe de tout. j’ai juste à me concentrer sur le foot  😂."

FR : Comment s’est passée ton adaptation?

AC : "Très très bien, la mentalité américaine est différente, aucune critique, toujours à vouloir aider les autres, ils ont vraiment été sympa avec moi."

FR : La barrière de la langue ?

AC : "En partant j’appréhendais vraiment cet « aspect » mais finalement j’ai pu apprendre très rapidement le vocabulaire ce qui m'a permis de dialoguer tranquillement avec mes coéquipiers."

FR : Comment occupes-tu tes journées ?

AC : " J’étais avec un joueur français, le matin c’était entraînement et l’après midi souvent cryothérapie, plage, renforcement musculaire ou shopping. 

FR : Quelles sont tes ambitions ?

AC : "Mes ambitions sont clairement d’atteindre les plus grands clubs européens de préférence le barça et je l’espère l’équipe nationale du Sénégal.". 

FR : Quelle est la place du soccer aux USA par rapport à la NFL ou NBA ?

AC : "C’est vrai que le football est moins apprécié aux USA comparé à la NHL et la NBA mais je pense que le football américain évolue très très vite, de plus en plus de jeunes se mettent à jouer au football,  encore quelques années et les américains ne rêveront que de foot."

FR : Les USA ont pour réputation d’avoir de belles installations ?

AC : "Au niveau des installations, ils ne sont pas en retard et même plutôt en avance. On ne manque de rien, les pelouses sont des billards et nous disposons de terrains couverts en cas d'intempéries. "

FR : Tu es outre atlantique depuis 3 mois, quel est ton meilleur souvenir ? L’événement qui t’a marqué ?

AC : "Rien de spécial ne m'a marqué mais j’ai eu la chance d’assister à Seattle vs Dortmund, ce qui m’a permis de voir clairement la différence entre le jeu européen et américain. Pour ce qui m'a surpris en arrivant,  les passages piétons et le temps d’attente qui est d’au moins de  5 minutes c’est « grave »."

FR : Vivre loin de ses potes , sa famille n’est ce pas difficile à 20 ans ?

AC : Ma famille, mes amis et ma ville, tout me manquent mais je sais où je veux aller et pour ça il faut faire des sacrifices même s'il faut s’éloigner de ses proches."

FR : Ton meilleur souvenir aux Ulis (au club)?

AC : "J’en ai tellement mais je pense que c’était en u17 avec mon coach Merouane Ouadah à Fleury, un match de fou. On était mené 2-1 à la mi-temps et le coach nous remotive à sa manière 😂 ! Au début de la deuxième mi-temps, 1ère action, 3-1 pour Fleury et là je regarde le coach, on aurait dit un cadavre, il parlait plus,  il était abattu, par miracle on met le 3-2 et là il reste 15 minutes à jouer, corner, le ballon est repoussé je le vois passer au-dessus de ma tête et je tente un ciseaux qui fini sous la barre et grâce à ce but j’ai "ressuscité" le coach et l’équipe, ce qui nous a permis de nous imposer 5-3 😂😂

FR : Comment juges tu le niveau du championnat dans lequel tu évolues ?

AC : " Les américains restent des athlètes,  ils travaillent énormément physiquement et techniquement. Les championnats se professionnalisent. 

FR : Comment fonctionne la réserve d’un club américain ? Quelle différence avec un club amateur comme Les Ulis ? Ou un club pro français ?

AC : "Je ne sais pas comment fonctionne les autres équipes mais celle de Seattle Sounders c’est comme en France énormément de jeune entre 16 et 25 ans maximum et la relation entre l’équipe première et la réserve est vraiment bonne, énormément de joueurs en réserve ont joué en MLS, ce qui permet de progresser plus rapidement.

FR : As-tu pu développer un cercle d’amis ?

AC : "Oui, j’ai rencontré des gars formidables avec qui je suis en contact permanent et ça se passe très bien ! "

FR : Qu’espères tu de cette expérience ?

AC : "Je viens d’entrer dans le monde professionnel et j’espère y rester, grâce à cette expérience, la langue sera un avantage pour moi et aussi pourquoi pas débuter en MLS pour ensuite être vue. "

Propos recueillis le 13/08/2019 par Freddy Raoux


 

Twitter

Facebook